• AVTE

Mixage live classique et acoustique

Le mixage de musique acoustique ou classique dans les espaces réverbérant type hall, cathédrales, plein air ne s’improvise pas. La prise de son (micros, placement), les niveaux sonores ne sont et ne doivent pas être les mêmes que dans la majorité des festivals et concerts pop, rock …. Le recours à des niveaux sonores importants (parfois non justifiés) dans les concerts a une influence sur l’assemblée. Ces phénomènes relèvent de la psychoacoustique.

Lorsque nous sommes dans la rue et qu’un avion passe très bas, que nous passons à côté d’une machine, une zone de chantier, nous nous sentons agressés (par exemple rythme cardiaque est influencé). Lorsque nous sommes à un concert rock et que le son est élevé, nous nous sentons enveloppés, ce niveau sonore (et les tonalité diffusées) amène à une certaine cohésion de l’assemblée va jusqu’à influencer notre humeur (joie, tristesse,douleur …).

Dans le cas de la musique classique, de la musique acoustique c’est différent. L’auditeur paie sa place pour venir écouter avant tout des musiciens qui jouent d’un instrument ou des chanteurs, des chœurs … Bon nombre d’espaces ne nécessitent pas d’amplification, mais l’architecture complexe, la taille de certains lieux nécessitent l’intervention d’un système de sonorisation.


A partir de ce moment-là, l’attente du musicien comme du public est relativement simple et compliquée à la foi. Ils veulent simplement une restitution la plus fidèle et naturelle possible du son de leur instrument, de leurs nuances musicales et tonales ainsi que la perception de la répartition dans l’espace. Le chef d'orchestre désire que sa partition soit respectée !



Tout cela veut dire quoi ?


Dans beaucoup de concerts on constate de plus en plus que même en classique chaque instrument à son micro, le tout envoyé sur des systèmes PA puissants. Le niveau sonore assomme l’auditeur qui a l’impression d’écouter la radio. Il y a pourtant des techniques « simples » qui restent très efficaces dans des situations comme celles-là. Limiter le nombre de micros pour garder une cohésion dans les pupitres et éviter de gêner les musiciens. Travailler la répartition dans l’espace pour que l’auditeur garde une image identique de la répartition dans l’espace entre ce qu’il voit et ce qu’il entend. Travailler le niveau sonore afin que l’assemblée ne se rende pratiquement pas compte que le concert est sonorisé.


Nous sommes à votre disposition pour le mixage de vos projets live, acoustiques et/ou classiques. Vous désirez parler de votre projet. Nous sommes à votre disposition.


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout