• AVTE

Sonoriser les bâtiments (chap2) - Mesures ou pas ?

Si vous désirez réaliser des mesures acoustiques dans le cadre de vos projets, il faut savoir mesurer et savoir quoi mesurer.


Pour ce qui est de savoir mesurer, il vous faut choisir un bon système de mesures, appréhender les bases de l’acoustique afin de pouvoir comprendre et utiliser votre système de mesures. Dans les prochains chapitres nous aborderons de manière plus complète les différents types de mesures. Dans quels cas on utilise telle ou telle mesure.


Mais avant tout il faut se poser la question « Pourquoi mesurer ?»


L’appréciation du rendu d’un système audio dans un local donné est lié à des critères objectifs et subjectifs. Ces différents critères ne peuvent être considérés individuellement car il sont en réalité liés les uns aux autres. Si vous modifiez l’effet d’un de ces critères, il en résulte une conséquences sur d’autres. Ceci créant parfois une sorte d’effet boule de neige.


Un exemple simple est le suivant (souvent observé):


Vous désirez sonoriser un local industriel assez réverbérant. Vous devez répondre à la demande votre client d’utiliser un budget minimal. Donc, la première réaction généralement est de diminuer le nombre de sources en se disant que l’on mettra le son plus fort et qu’il portera plus loin. Sauf qu’en augmentant le niveau sonore, vous augmentez le niveau de réverbération du local par induction (réverbération induite par le système audio) et donc, l’auditeur perçoit une augmentation du son mais aussi de la réverbération. Pas de problème pour certains sonorisateurs qui se disent qu’ils vont à un moment passer au-dessus de la réverbération. D’une certaine manière c’est vrai, à un moment donné on peut avoir le sentiment que le niveau de réverbération n’augmente plus, sauf qu’à ce niveau sonore qui sera largement supérieur à 90dB, vous ajoutez un autre phénomène. Le bâtiment commence à entrer en vibration et les structures vont se mettre à vibrer, générer des bruits parasites, et en fonction de la nature des matériaux utilisés dans la construction du local, ceux-ci absorberont de moins en moins la force de l’onde sonore et la renverront dans des directions multiples. Toutes ces réflexions captées par notre oreille sont interprétées comme des sources sonores « virtuelles ». Si une personne « normale » peut encore faire le tri dans ces signaux multiples, une personne malentendante ressentira une situation fort désagréable et incommodante.


Cet exemple nous permet déjà de comprendre 2 choses importantes.


La première, mais nous y reviendrons plus tard, est qu’un volume sonore élevé ne peut en aucun cas vous tirer d’affaire dans un local acoustique de mauvaise qualité (en tout cas très souvent).


La deuxième est qu’une des conditions préalable à la conception d’un local à sonoriser ou l’élaboration d’un projet de sonorisation et une étude précise et une analyse des lieu et cela dès la planification du projet.


La base est d’établir dès le départ un inventaire des structures primaires du local (forme, volume, disposition) et des structures secondaires (murs, plafonds, …) Il vous faut comprendre quelle est l’efficacité acoustique de votre local. L’image et le comportement de votre local peut être déduit sur base de l’analyse des plans, du projet avec l’architecte, mais peut et ce sera parfois sérieusement nécessaire être analysé sur base de mesures qui vous donneront une « image « du comportement du local.


Cette matière demande de l’expérience, mais garanti le succès de votre projet. Nous sommes là pour vous aider à réaliser cette planification et vous conseiller.

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout